Amnistier Karim et Khalifa, après sa réélection : Macky donne raison au Pds à «Taxawu Dakar»

Cest une lapalissade de dire que, candidat à sa propre succession, Macky Sall tient à sa réélection, comme il tient à la prunelle de ses yeux. Et tout qui ne concerne pas cette question à l’heure là est sans contenu. Ainsi, voulant amnistier Karim et Khalifa après sa réélection, Macky Sall donne raison au Pds et à la coalition «Taxawu Dakar» qui ont laissé entendre qu’«il a peur d’affronter leurs candidats en 2019».

«Macky n’a pas le courage d’affronter Karim… »
Ainsi, du côté du camp du Pds et du désormais ex-maire de Dakar, on accuse Macky Sall de dérouler toutes les formes de stratégies possibles afin de ne pas avoir en face de lui Karim Wade et Khalifa Sall en 2019.
Ce qui a fait dire à Me El Hadj Amadou Sall, responsable du Pds et membre du comité directeur de ce parti, «la loi sur le parrainage fait partie des portes ouvertes par le chef de l’Etat pour invalider la candidature Wade-fils et de Khalifa Sall qui pourraient le battre».
«Je dois vous avouer que Macky Sall a peur et qu’il n’a pas le courage d’affronter Karim Wade. Et pour éviter de l’affronter, il est prêt à tout. Il est aujourd’hui prêt à vendre le Sénégal aux intérêts étrangers, à voter des lois scélérates avec une majorité mécanique à sa dévotion», a-t-il déclaré.
En déplacement à Ziguinchor, les semaines passées, Me Sall ajoute : «il est également prêt, sous le prétexte du parrainage, à écarter des candidatures et à modifier la loi électorale pour se débarrasser de qui il veut. Mais ces agissements sont cependant voués à l’échec», parce que dit-il «Karim sera bel et bien candidat à la présidentielle de 2019. Une chose demeure, Karim Wade, notre candidat, qui jouit de l’ensemble de ses droits civiles et politiques, sera bientôt de retour».
…Il a mis Khalifa hors course
Khalifa Sall a été reconnu jeudi coupable de détournement de «deniers publics, faux et usage de faux en écriture privée», à l’unanimité des trois juges de la Cour d’appel de Dakar, qui ont confirmé sa peine de 5 ans de prison ferme. Ce jugement crucial hypothèque sérieusement les chances du Maire de Dakar de se présenter à l’élection présidentielle de février 2019 pour laquelle il est candidat, bien que de nombreux recours soient encore possibles.
En prison, le Maire de Dakar a annoncé sa volonté d’en découdre avec Macky Sall, lors de l’élection présidentielle du 24 février 2019. L’édile affirmait vouloir être libéré « pour mieux (se) porter candidat ». Mais, le socialiste pourra-t-il seulement passer le cap de la candidature? Selon Me Ciré Clédor Ly
les ambitions présidentielles prêtées au maire de Dakar ne pourraient être remises en cause qu’en cas de condamnation définitive.
Toutefois, en vertu de l’article L.31 du code électoral, sa condamnation pour détournement de deniers publics l’empêcherait de concourir à l’élection présidentielle. L.57 du code électoral, en stipulant que « tout Sénégalais électeur peut faire acte de candidature et être élu, sous réserve des conditions d’âge et des cas d’incapacité ou d’inéligibilité prévus par la loi ».
De nombreux recours étant encore possibles, la capacité du premier magistrat de la Ville de se présenter ou non pourrait toutefois ne pas être établie avant de longs mois de bataille juridique. Cette lenteur judiciaire pourrait empêcher le premier magistrat de la Ville de concourir à l’élection présidentielle de 2019. Et, si Khalifa Sall épuise ses recours (sans une décision en sa faveur) avant le dépôt des candidatures, il serait dans l’impossibilité de concourir à la présidentielle…
Après sa réélection Macky va amnistier Karim et Khalifa 
Dans un article titré «Karim Wade, le retour ? », Jeune Afrique rapporte dans son édition parue ce lundi que le Président Macky Sall se dit prêt à amnistier Karim Wade. Et que la mesure pourrait concerner aussi Khalifa Sall.
Mais, selon l’hebdomadaire panafricain, le chef de l’État fixe une condition : il ne prendrait cette décision qu’après sa réélection.
Karim Wade a été condamné à six ans de prison et 138 milliards de francs Cfa d’amende. Il a été gracié en 2016. Depuis, il vit en exil au Qatar.
Khalifa Sall, pour sa part, purge cinq ans de prison. Il a été condamné dans l’affaire de la Caisse d’avance.

 

Senegal7

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here