Déclaration de patrimoine : Seynabou Ndiaye Diakhté recense 680 hors la loi

C’est toujours la réticence chez certaines personnalités assujetties à la déclaration de patrimoine. Ces personnes qui sont tous des ordonnateurs et comptables publics refusent de se soumettre à la loi obligeant l’Ofnac (Office national de lutte contre la fraude et la corruption) à revoir ses textes pour une meilleure compréhension.

« Cet atelier d’échanges intervient dans un contexte marqué par le démarrage d’un programme de relecture des textes relatives à la déclaration de patrimoine initiée par l’Ofnac. Plusieurs ateliers ont été organisés dont l’un a été élargi aux secteurs privés et à la société civile pour identifier les failles du code (…) et s’accorder sur ce qui doit être améliorer », a déclaré, la présidente de l’Ofnac, Seynabou Ndiaye Diakhaté.

Elle présidait, ce matin, un atelier d’échanges et de sensibilisation avec les ordonnateurs et les comptables. À l’en croire, c’est toujours la réticence au niveau des assujettis de la déclaration de patrimoine. « La base de données a recensé plus de 1000 personnes assujetties à la déclaration de patrimoine. À ce jour, on a reçu 680 déclarations. Soit un peu plus de 50% », a-t-elle informé.

Sur la liste des personnalités hors la loi, les maires et les présidents des Conseils départementaux y figurent en bonne place. Il est ressorti de ces échanges que seuls 8% des responsables des collectivités locales ont fait leur déclaration de patrimoine. La présidente de l’Ofnac évoque, entre autres raisons de la cause de ces réticences, la difficulté par rapport à l’interprétation des textes.

« Avec les ordonnateurs et comptables, nous allons lire ensemble la loi relative à la déclaration de patrimoine et son décret d’application et voir ses insuffisances et ses failles à combler et voir comment être en phase avec les standards internationaux », a préconisé Seynabou Ndiaye Diakhaté.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here