Le ministre de l’Economie, Amadou Hott, annonce un taux de croissance qui sème doutes et interrogations

Dans sa communication lors du Conseil des ministres  du mercredi 10 mars courant, Amadou Hott, ministre de l’Economie, du Plan et de la Coopération a soutenu que le taux de croissance 2020  a été finalement arrêté à 1’5% contre -0,7% !  Autrement le gain estompé a doublé les attentes. Ce que tous souhaitent. Mais cette annonce  a semé des doutes et suscité des interrogations dans bien des esprits cartésiens. Car la lecture des faits économiques ne peut traduire, au maximum, que la stagnation de notre « taux de croissance », extraverti de l’avis de bien d’experts. Car non seulement il a plus profité aux intérêts de la France, en particulier, mais également ce taux de croissance a subi les revers de la pandémie du Coronavirus, qui continue de décimer l’économie et la population du pays, à l’instar du reste du monde, depuis début mars 2020. Ce qui a engendré la fermeture d’entreprises, le ralentissement des affaires et échanges commerciaux, des licenciements, chômages techniques et bien d’autres blocages.

Comment dés lors peut-on bénéficier d’un taux de croissance dans un contexte où tous les clignotants économiques sont au ralenti, l’exercice des libertés démocratiques en souffrance et le chômage en croissance exponentielle ?

Les questions sont nombreuses depuis la révélation de M. Hott, duquel sont attendues des clarifications sur la base de faits et chiffres indiscutables. C’est par là que commence la transparence. Ce sont ces donnés qui conditionnent l’allure du taux de croissance … sous tous les  cieux.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here