Débat inter-confrérique : Adama Dieng, le Secrétaire général adjoint des Nations Unies, interpelle les Sénégalais

A travers une lettre ouverte aux Sénégalais exploitée par la Rfm, Adama Dieng, le Secrétaire général adjoint des Nations Unies alerte les Sénégalais sur le discours « incendiaire » qui se propage à travers les médias sociaux, « un discours qui n’honore pas notre pays qui a toujours été cité comme modèle de gestion constructive de la diversité ».

Évoquant le lancement du Plan d’action des leaders religieux pour la prévention de l’incitation à la violence qui pourrait déboucher sur des atrocités criminelles, l’auteur de cette lettre ouverte dit mesurer de manière  hautement appréciable, le respect dont jouissait notre pays auprès des leaders religieux, toutes religions confondues.

« Le Sénégal n’est-il pas l’unique pays au Monde, à dominante musulmane, à avoir été dirigé pendant près de vingt ans par un chrétien, Léopold Sédar Senghor ? le Sénégal est le seul pays au Monde qui ait compté au sein d’une même famille un Cardinal et un Imam ! Le Sénégal, un pays où les fondateurs des confréries musulmanes sont reconnus comme des soufis, des « jihadistes » de la paix ! Nous ne nous prévalons et ne nous honorons de cet héritage que parce qu’il nous sert par ailleurs de boussole », rappelle Adama Dieng par ailleurs Conseiller spécial pour la prévention du génocide faisant allusion aux débats religieux qui se propagent à travers les médias sociaux ces derniers jours.

Dans la lettre, le Secrétaire général adjoint des Nations Unies a laissé entendre que « notre pays a jusqu’ici été épargné par les conflits à caractère religieux, ethnique ou racial ».

Sans vouloir jouer à l’oiseau de mauvais augure, il rappelle les dangers du discours de haine et d’incitation. « Certes, le droit à la liberté d’expression est protégé par le droit international, mais le discours qui constitue une incitation à la violence est tout autant interdit. L’Etat sénégalais a la responsabilité première de prévenir l’incitation et de protéger ses populations face aux atrocités criminelles », prévient-il.

A cet égard, il interpelle les leaders religieux sénégalais  à jouer un rôle éminent auprès de leurs disciples pour que cessent les discours haineux.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here