TER : « Un problème de choix économique »

Le coordonnateur de la Plateforme Avenir « Senegaal bi ñu bëgg », Dr Cheikh Tidiane Dièye démonte le Ter (Train express régional), cher au président de la République, Macky Sall. Il doute non seulement de la pertinence mais aussi du choix économique.

« Le projet est excessif du point de vue du coût et inopportun, dit-il dans l’émission « Objection » de Sud fm de ce dimanche 6 mai. Ce n’était pas le meilleur choix. Nous sommes d’accord avec le gouvernement sur le fait qu’il a la responsabilité d’assurer la circulation, les déplacements des milliers de Sénégalais à l’intérieur du territoire et du territoire national. Mais la qualité du choix économique, c’est de voir comment satisfaire ce besoin de déplacements au moindre coût possible. Ce que le gouvernement va faire, ce sera probablement efficace parce que cela permettra aux gens d’aller et de venir mais ce ne sera pas efficient parce qu’il sera beaucoup trop cher et il y a avait d’autres options. »

Il ajoute : « Le problème du Ter, c’est que sur un bout de territoire aussi petit et sur un tronçon aussi restreint et serré, vous mettez autant d’argent. On nous avait annoncé 500 milliards de francs Cfa. Aujourd’hui, eux-mêmes, disent 700 milliards. Je crois même qu’ils sont en train d’atteindre le montant annoncé par Ousmane Sonko de 1000 milliards, ils n’en seront pas loin s’ils font le deuxième tronçon jusqu’à l’aéroport. »

« Bientôt 1000 milliards investis »

Avant de poursuivre : « Le modèle dynamique et prometteur du futur qui correspond à l’évolution de l’économie et de ses perspectives, aurait dû être un choix non pas un Ter sur ce tronçon. On aurait dû choisir d’autres options, faire un investissement massif, là on mettrait le maximum d’argent possible pour aller vers le Mali, la Casamance voire au-delà, par le train. La perspective d’évolution du Sénégal, ce n’est pas forcément le marché international où nous exportons très peu, je parle des produits finis. Notre marché de prédilection où va plus de la moitié de nos exportations, c’est le marché de l’Uemoa et de la Cedeao, qui porte notre croissance, l’emploi, nos usines installées à Dakar. Cela aurait dû être la base de tous nos projets économiques. Il y a quelques années un projet de chemin de fer vers le Mali avait été ficelé avec les Chinois. Ce projet on l’a quasiment déposé pour prendre le Ter. On a remplacé un projet extrêmement important et brillant du point de vue de sa conception et utile du point vue économique par un projet tape-à-l’œil qui coût cher. »

D’autant, alerte Dr Cheikh Tidiane Dieye, « le Port de Dakar est en compétition avec le port d’Abidjan sur le fret malien. Et, c’est le fret malien qui porte une grande partie des capacités du Port autonome de Dakar (Pad). La Côte d’ivoire, on est en train d’investir massivement sur le corridor Abidjan – Bamako en mettant en place les infrastructures de qualité, en réduisant les coûts d’opérations et en supprimant les tracasseries routières, ils pourrait faire basculer le fret malien. »

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here