Exclusif! Voici la vraie raison pour laquelle Aziz Ndiaye dérange

Après une investigation poussée sur cette affaire qui a valu une longue garde-à-vue à l’homme d’affaires Aziz Ndiaye, Yerimpost est en mesure d’écrire que tout est parti d’une dénonciation. A l’instigation de qui ? Sûrement de ceux que dérange l’huile J’adore, qui a fait irruption de fraîche date dans le marché pour y arracher la première place.

Le produit de Aziz Business Company a eu l’outrecuidance, alors que ses concurrents français et marocains se vendaient sur le marché sénégalais à 1 600 fcfa le litre, de s’écouler à 1 000 fcfa le litre. Et pour une raison simple, Aziz Business Company est une chaîne qui minimise les coûts en ayant ses propres maillons transport, transit et logistique.

Et, comme le patriotisme économique n’a aucun sens chez nous, tout comme la préférence nationale, l’huile J’adore a été l’objet, la semaine dernière, d’un acharnement excessif. Alors que le produit suspecté se trouvait dans l’entrepôt d’Ouest-Foire, les gendarmes sont allés mettre sous scellée en outre celui de Cambérène. Une mesure injustifiée qui a pénalisé d’autres produits de l’entreprise comme le lait et l’huile de palme.

En une semaine, cette fermeture a fait perdre 700 millions à Aziz Business Company qui produit un chiffre d’affaires annuel de 22 milliards et paie une demie-douzaine de milliards d’impôts et taxes. Le patron, Aziz Ndiaye, a été traité comme un malfaiteur dangereux, gardé dans un violon de la section de recherches de la gendarmerie de mardi à vendredi.

Or, comme le montrent les documents ci-dessous reproduits dont Yerimpost a obtenu copies, Aziz Business Company, qui possède et a enregistré la marque J’adore à l’Oapi, est lié par un contrat de représentation jusqu’au 31 décembre 2020 à l’entreprise turque Elita Gida qui possède le label Elita. Aziz Business Company peut donc légalement procéder à l’étiquetage de marques sur lesquelles il possède des droits.

Quant au débat sur la faible qualité nutritionnelle de l’huile, elle est battue en brèche par cette attestation ci-dessous reproduite du ministère turque de l’Agriculture qui établit sa richesse. Dans un autre pays, Aziz Ndiaye aurait été adulé pour son action au soutien du pouvoir d’achat et non jeté en pâture…

Sources: Yerimpost

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here