Donald Trump accusé de détournement de fonds

État de New York a accusé jeudi 14 juin Donald Trump d’avoir détourné l’argent de sa fondation à des fins personnelles. Une accusation que le Président américain a immédiatement qualifiée de « ridicule ».

L’assignation de la procureure générale de l’État, Barbara Underwood, met en lumière l’imbrication entre la fondation du Président et sa société, la Trump Organization. Elle affirme que la fondation, à laquelle Donald Trump ne donnait plus d’argent depuis 2008, n’avait pas d’employé propre. Le conseil d’administration de la fondation, où siégeaient les trois enfants du Président, n’avait d’existence que sur le papier.

Toutes les dépenses étaient en réalité directement réglées par la Trump Organization, non pas en fonction de leur objectif  charitable, mais uniquement en fonction du statut fiscal du destinataire du chèque. Donald Trump aurait profité de sa fondation pour payer des frais personnels, promouvoir ses hôtels ou clubs de golf, et même peser sur sa campagne électorale, ce qui est strictement interdit par la loi. Aucun employé n’était là pour assurer un quelconque contrôle des dépenses. Du bénévolat peut être demandé aux allocataires du RSA, estime le Conseil d’État.

« La Fondation Trump n’était guère plus qu’un chéquier »
Une levée de fonds organisée le 28 janvier 2016 dans l’Iowa, présentée comme une opération charitable pour les anciens combattants, avait, selon la plainte, tous les attributs d’un meeting électoral. « La Fondation Trump n’était guère plus qu’un chéquier pour régler les dépenses de M. Trump et de ses entreprises à des organisations à but non lucratif, quelles que soient leur raison d’être et leur légalité », a affirmé la procureure.

Barbara Underwood a lancé une action pour dissoudre la fondation, et exige la restitution de 2,8 millions de dollars, ainsi que l’interdiction pour Donald Trump de diriger une organisation à but non lucratif à New York pendant 10 ans.

Une enquête commencée en 2016
La plainte a été déposée au civile, et ne devrait pas déboucher sur un dossier criminel ni apporter un élément décisif à ceux qui plaident pour une procédure de destitution. Ces accusations ne sont pas nouvelles : l’enquête sur la fondation du Président a débuté en juin 2016, environ six mois avant son élection, après des révélations du Washington Post.

Donald Trump a mis en cause, jeudi 14 juin, les motivations de la procureure à poursuivre cette affaire, soulignant que même son prédécesseur pro-Hillary Clinton, Eric Schneiderman, « n’avait jamais eu le courage de poursuivre cette affaire ridicule ». Il accuse les « démocrates véreux » qui dirigent l’État de New York de « tout faire pour l’attaquer en justice ». Il avait déjà annoncé en décembre 2016 son intention de dissoudre la fondation.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here