Piétons fauchés à Toronto: les femmes cibles de cette attaque?

Peu de temps après l’attaque qu’il a perpétrée dans les rues de Toronto, le suspect, un jeu ne homme de 25 ans, a publié un mystérieux message – effacé ensuite – évoquant les « incel », les « involontairement célibataire », un groupe qui éprouve du mépris envers les femmes qu’il juge responsables de leur situation.

Difficile de déterminer les motivations d’Alek Minassian qui l’ont poussé à passer à l’acte. Le chauffeur de 25 ans qui a volontairement percuté des piétons dans une artère très fréquentée de Toronto a été inculpé mardi de meurtres avec préméditation après avoir tué 10 personnes et blessé 14 autres, après un nouveau bilan revu à la baisse. Un élément intrigue les enquêteurs: le jeune homme semblait nourrir des rancoeurs envers les femmes. La police de Toronto se penche activement sur cette piste après la découverte d’un message qualifié d' »énigmatique » posté sur Facebook juste avant qu’Alek Minnassian ne passe à l’acte. Si ce post a été effacé par le réseau social, comme sa direction l’a précisé à l’AFP, certains médias canadiens ont pu y avoir accès. Le jeune homme y évoque notamment les « incel », pour « involuntary celibate », les « célibataire involontaire », un groupe qui tient pour responsables les femmes de leur situation.

Les femmes « majoritaires » parmi les victimes

C’est juste de dire » que les victimes, fauchées à l’heure du déjeuner sur une artère très fréquentée de Toronto, sont « majoritairement des femmes », a reconnu en conférence de presse un enquêteur, Graham Gibson, indiquant que l’âge des victimes va « de la mi-vingtaine à environ 80 ans ». Les autorités ont toutefois lancé une mise en garde: « Nous n’avons aucune évidence » démontrant formellement que le conducteur ne visait que les femmes, a martelé l’enquêteur Gibson.

Arrêté juste après sa tuerie, Alek Minassian a tenu en joue pendant plusieurs minutes un policier avec un objet lui criant « Tue-moi ». Il avait ensuite été neutralisé dans le calme, s’agenouillant avant de se laisser menotter. Dans le box des accusés, mardi, les mains menottée, la tête rasée et vêtu d’une tenue blanche, il s’est fait signifier son inculpation. L’assaillant était jusqu’ici inconnu des services de police, a souligné le chef de police de Toronto Mark Saunders.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here