Les travailleurs de Tigo réclament 3 milliards à Millicom

Les travailleurs de Tigo réclament 3 milliards à Millicom

Après l’annonce de la cession de SENTEL GSM par le Groupe Luxembourgeois, plus connu sous la marque TIGO,  les travailleurs réclament à leur employeur leurs primes sur la performance dues depuis l’année 2012 d’un montant de 3 milliards de FCFA.

En effet, ceux-ci déclarent, dans un communiqué parvenu à notre rédaction, que pendant que tous les employés, en dehors des directeurs, consentaient à un sacrifice en diminuant leurs primes de moitié depuis le problème de la licence de TiGO en 2008, l’équipe dirigeante, qui avait elle-même demandé à ce que cette réduction soit consentie, avait gardé son niveau initial de prime à l’insu des travailleurs et cette injustice perdure jusqu’à nos jours.

« Malgré l’exemple déplorable de l’externalisation d’une centaine de leurs ingénieurs télécoms vers ERICSSON, MILLICOM après l’annonce de la vente continue d’externaliser de manière déguisée des départements clés, notamment le réseau informatique et les Services à valeurs ajoutée », lit-on dans le document.

La Direction Générale du Travail (DGTSS), qui a accompagné ce processus vers ERICSSON est bien au fait qu’il s’agit d’un antécédent pernicieux. « Ce qui nous amène à nous interroger sur le sort réservé aux ex-employés de Sentel transférés à Ericsson », se demandent ces employés.

La seule réserve émise à l’époque par rapport à cette transaction reposait dans la préservation des emplois et la prise en charge des préoccupations majeures du Personnel. Les points saillants de leurs revendications étant : l’octroi d’une prime de cession, l’ouverture de l’actionnariat aux employés et la restitution aux employés de leur bonus sur la performance à 41%.

A en croire les employés de Tigo, ces agissements inconsidérés, les problèmes non résolus constituent un terreau d’instabilité dont le futur acquéreur risque d’hériter dès sa prise en main de SENTEL. « Démarrer l’exploitation avec un aussi lourd passif, constitue un boulet dont le Consortium devrait se passer », concluent-ils.

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here