Pour exercer légalement, les faux lions réclament l’autorisation officielle des séances de simbs.

L’association nationale des faux lions du Sénégal, en conférence de presse pour réclamer la levée de l’arrêté préfectoral interdisant les séances de simbs. En effet pour bénéficier d’une totale liberté d’exercice, ils annonce la mise en place de plans d’action afin d’obtenir gain de cause et avoir l’opportunité de se produire partout où ils le voudront.
En conférence de presse, l’association nationale des faux lions du Sénégal a fustigé l’existence d’un arrêté préfectoral interdisant depuis plus d’une dizaine d’années l’organisation de séances de « simb » à Dakar. Selon le président de l’association, le “simb »est une profession pour ceux qui l’exercent et constitue ainsi le gagne-pain de ces derniers et leur permet d’entretenir leurs familles respectives.
Dans son spech Sadio Ndiaye et siens se sont accentués sur une certaine marginalisation dont souffre le “simb”, à l’égard de la lutte, du sport, de la politique qui constitue pour lui des activités socioculturelles responsables de certaines violences lors de ses différents rassemblements. Selon lui cette branche culturelle n’a jamais enregistré autant de pertes humaines que lors des meetings ou des matchs de navetanes. Pour lui l’État en accompagnant leurs activités par la présence d’hommes contribuerait la meilleure solution pour parer à la violence existence dans ce milieu. Ils annoncent la mise en place de plusieurs plates-formes revendicatives afin d’annuler l’arrêté d’interdiction de ces séances mais également avoir le droit et l’opportunité d’organisaniser ces manifestations partout à Dakar et ses environs.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here