Procès imam Ndao : Le prêche « radical » d’un imam de Diourbel

Une confrontation qui allait mettre au front des talibés (fidèles) mourides et des sunnites a été évitée de peu à Diourbel. Et dans cette localité, tout est parti des propos de l’Imam Abdou Karim Ndour, au cours d’un de ses prêches sur certaines pratiques religieuses. Le religieux, dans ses propos avait contesté la véracité des faits selon lesquels certains nafilas (prières surérogatoires) durant les nuits de Ramadan ont ces vertus et bienfaits qu’on leur prête. A ce propos, il avait souligné que c’est un fait qui n’était pas conforme à la sunnah du Prophète (Psl).

Certains fidèles mourides ayant entendu les propos de l’imam Ndour ont estimé que celui-ci apportait un démenti aux écrits de Serigne Touba. Lequel guide religieux, fondateur de la communauté mouride avait relevé dans ses écrits des bienfaits de ces prières surérogatoires. C’est alors que certains d’entre eux ont organisé une expédition punitive pour faire ravaler à l’imam Ndour ses propos qu’ils ont pris pour une insulte. Celui-ci s’étant sauvé in extremis, la mosquée qu’il dirigeait à été incendiée par les fidèles.

Me Ousmane Ngom, alors ministre de l’Intérieur, avait déclaré que des minorités qui critiquent des faits et gestes d’une majorité avec leurs croyances, sont responsables de tout ce qui peut leur arriver. C’est du moins ce qu’a raconté l’accusé Ibrahima Ndiaye, au cours de son audition devant la Chambre criminelle spéciale en charge de l’affaire dite de terrorisme dans laquelle sont poursuivis l’Imam Alioune Ndao et ses coaccusés.

L’accusé, devant ladite chambre, avait révélé à l’enquête, que certains sunnites étaient frustrés par ce qui s’était passé à Diourbel. « Ils s’étaient sentis menacés et voulaient venir prêter main forte. C’est alors que, selon lui, l’Imam Moussa Mbaye qui pratiquait un islamisme radical, avait fustigé le fait que l’Etat favorisait la majorité au détriment des minorités. « Il pensait que c’est une attaque de talibés mourides contre des sunnites. C’était à l’époque du président Me Wade. J’ai tenté de lui faire entendre raison en lui précisant que cet incident à Diourbel entre l’Imam Abdou Karim Ndour et les talibés mourides, n’était pas le fait de tarikha. Par la suite le khalife général de l’époque avait appelé l’imam Ndour dont la mosquée a été incendiée. Toutefois, en ce temps-là, certaines personnes s’étaient rendues sur place. Je ne connais personne de ces gens qui étaient partis à Diourbel. Moi je n’y faisais pas partie. C’est même après que j’ai été informé de leur déplacement », a-t-il dit pour se laver de tout soupçon.

« Nul n’est maître de mon destin. Si Dieu veut que j’aille en prison, j’irai en prison. J’ai toujours cru que nous sommes dans un pays de démocratie. Chaque personne a le droit de vivre sa foi comme il le sent. La seule chose qui est interdit, c’est d’obliger une personne à vivre un modèle de foi contre son gré. Moi, je n’envie pas l’Arabie Saoudite, par rapport, à la pratique de la Charria. Nous avons 95% de musulmans, notre façon de pratiquer l’islam au Sénégal ne peut susciter aucune controverse », a-t-il confié pour contester toute idée de vouloir mener le djihad ou de se mettre au service de Boko Haram.

Toutefois, il a indiqué n’avoir pas connu l’imam Alioune Ndao, avant leur séjour carcéral. « C’est à la prison que je l’ai connu. Je l’ai vu pour la première fois en 2004. On allait aux fiançailles d’un ami à moi, lorsqu’en cours de route, il a sonné l’heure de la prière de vendredi. Il était l’heure de Jummah. J’ai prié à la mosquée. A la fin de la prière, j’ai apprécié sa façon de réciter les versets du Coran. L’on m’a alors signifié que c’est l’Imam Alioune Ndao. Je ne l’avais alors aperçu que de loin ».

 

Auteur: Youssoupha MINE – Seneweb.com

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here