Yakham Mbaye, secrétaire d’Etat à la Communication : «La dépénalisation n’est plus un obstacle pour le vote du Code de la presse»

Yakham Mbaye, secrétaire d’Etat à la Communication

«La dépénalisation n’est plus un obstacle pour le vote du Code de la presse»

Présidant la cérémonie d’ouverture de cet atelier, Yakham Mbaye, secrétaire d’Etat à la Communication, a informé que le ministère de la Com­mu­nication a fini de prendre toutes les dispositions pour doter la presse sénégalaise d’un nouveau cadre juridique et réglementaire adapté. «Nous comptons organiser un séminaire de partage qui réunira tous les acteurs de la presse, des parlementaires, des juristes, des membres de la Société civile pour parvenir au vote avant la fin de l’année 2016 du projet de Code de la presse», a-t-il informé. D’ailleurs, il souligne qu’ils sont «confiants quant à l’atteinte de ce résultat». A l’en croire, le principal obstacle de ce Code de la presse est désormais surmonté. «Le principal point d’achoppement à l’origine du blocage du projet à l’Assemblée nationale depuis 6 ans à savoir la dépénalisation ne semble plus être un obstacle. L’essentiel des acteurs que nous avons abordés n’en font pas une condition de leur adhésion au texte final qui devrait être proposé aux députés», a-t-il précisé. Selon le secrétaire d’Etat à la Communication, la dépénalisation est loin d’être une priorité pour le Sénégal. Pour lui, l’heure est à l’élaboration d’un statut clair du journaliste et du technicien de la communication sociale. Poursuivant son discours, M. Mbaye pense que ce nouveau statut va sortir les journalistes et les techniciens de la communication sociale de la précarité dans laquelle ils vivent et exercent leur profession. Dans la même veine, il soutient que pour que les entreprises de presse puissent y arriver, il faudra la mise en place d’un mécanisme adapté et d’un fonds pour permettre aux entreprises de presse d’honorer leurs charges. Ceci afin de remplir leurs missions traditionnelles, c’est à dire «informer, éduquer et divertir avec professionnalisme et responsabilité». Par ailleurs, il faut noter que des députés comme Elène Tine ont pris part à cette rencontre et ont promis de ne ménager aucun effort au sein de l’Hémicycle pour que la presse puisse atteindre ces objectifs.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here